Pourquoi Témoigner?

Ne banalisons pas le sexisme.

En partageant ton expérience, tu brises le silences et contribues à l’égalité.

Le sexisme est un système. En réunissant ces témoignages, nous visons à questionner ce système. Les témoignages collectés seront traités et anonymisés par une entité externe à ta Haute École avant d'être transmis aux directions des écoles participant à la campagne.

Si tu as besoin de soutien par rapport à la situation que tu as vécue, tu trouveras les informations nécessaires dans la section "Que Faire?"

Dans la situation que tu t'apprêtes à partager,

Quelle était ta position?


Le témoignage de la cible d'une situation sexiste est important; en tant que témoin tu peux également briser le silence.

Comment te

définis-tu?

L’astérisque a pour but d’inclure toutes les personnes qui se reconnaissent dans le terme qui le précède.

Situation

Que s'est-il passé?

Avant d'être transmis, ton témoignage sera anonymisé.

Dans quelle

HES-SO?

Un rapport des témoignages partagés sera transmis à chaque école participante.

Quelle est ta

Fonction?

Le sexisme peut s'imbriquer dans d'autres rapports de pouvoir. Les établissements scolaires et de formation étant des lieux hautement hiérarchisés, il est nécessaire de comprendre le contexte et la configuration des situations sexistes.

Ton e-mail

(facultatif)

Ton partage d'expérience est anonyme. Cependant tu peux choisir de nous fournir une adresse e-mail par laquelle nous pourrions te contacter si besoin. Cette adresse ne sera pas partagée avec ton école à moins que tu nous donnes explicitement ton autorisation ultérieurement.

Peux-tu

confirmer

que tu souhaites partager avec nous ton expérience?

?

Situation
Sexiste

vécue dans une HES

Formulaire incomplet

Merci de remplir les champs suivant:

Merci Beaucoup

pour avoir partagé ton expérience avec nous

C'est quoi

Le sexisme?

Le sexisme est un système idéologique qui bicatégorise (crée une binarité) et hiérarchise (crée une asymétrie) les sexes, en postulant de manière arbitraire la supériorité de la catégorie des hommes sur celle des femmes.

Inégalités liées au sexisme

Ces catégories sont construites, elles ne sont ni univoques ni homogènes. De plus, cette construction repose sur le sexe assigné à la naissance qui se base uniquement sur l’apparence des organes génitaux externes, ne reflétant pas l’ensemble des niveaux de sexuation d’une personne.

Niveaux de sexuation d'une personne

Le sexisme renvoie à un ensemble de croyances (stéréotypes), d’attitudes (préjugés) et d’actions (discriminations).

stéréotypes

Les stéréotypes renvoient, par exemple, aux croyances véhiculant l’idée que les femmes* seraient émotionnelles et que les hommes* seraient rationnels.

Préjugés

Les préjugés renvoient, par exemple, aux croyances véhiculant l’idée que les femmes* seraient plus enclines à réaliser des tâches domestiques et les hommes* à exercer des fonctions à responsabilité.

Discriminations

Les discriminations renvoient à un traitement inégal basé sur un critère infondé, comme par exemple les inégalités salariales.

Les formes du sexisme se déploient de manière directe (explicite) et de manière indirecte (implicite), sur les plans individuels, collectifs comme institutionnels.

Il se manifeste aussi par des violences verbales, physiques, psychologiques, sexuelles.

Le harcèlement sexuel constitue une des facettes du sexisme reconnue par la loi. La définition légale est disponible sur le site de la Confédération Suisse.

Du harcèlement au travail au harcèlement de rue, des violences conjugales aux inégalités salariales, de l’accès aux ressources économiques à l’obtention de postes de pouvoir, de la ségrégation verticale et horizontale en contexte professionnel à la représentativité en politique, de l’invisibilisation à l’exclusion, le sexisme est structurel.

Sexisme structurel

Les violences et discriminations relatives au sexe assigné à naissance sont intriquées avec celles relatives à l’orientation affective et sexuelle - supposée ou avérée - ainsi qu’au genre (rôle de genre, expression de genre, identité de genre).

Le sexisme (re)produit des rapports de domination et s’articule à d’autres systèmes discriminatoires tels que le racisme, le classisme, le validisme, etc.

Rapports de domination

Pouvoir d’action

Chaque personne a un pouvoir d’action, en réfléchissant à sa propre socialisation genrée - débutant par les projections différenciées réalisées sur les enfants avant même leur naissance et se poursuivant pendant le cursus éducatif et scolaire, les contextes de formation, les milieux professionnels, les espaces familiaux, amicaux, publics, sportifs, etc.

Le sexisme

Que Faire?

Sur le moment

En tant que cible:

  • Tenter de signifier sa désapprobation si c’est possible
  • Demander de faire reformuler
  • Eviter de culpabiliser

Il est souvent compliqué d’exprimer son désaccord selon la configuration de la situation. L’objectif constitue donc à sortir de l’isolement.

En tant que témoin:

  • Réagir face aux situations sexistes en montrant son désaccord
  • Soutenir la cible (pendant ou au moins après)
  • Refuser de rire en cas de conduites sexistes

Besoin de ressources? Contacte le service égalité des chances de ton école pour t’orienter.

Que Faire?

En Amont

  • Détecter et identifier les facettes du sexisme et les formes de harcèlement sexuel
  • Réfléchir sur ses propres stéréotypes de genre et ses propres actions

En Aval

  • Briser le silence et en parler
  • Tenir un carnet de bord
  • Garder toute trace (messages, captures d’écran, etc.)
  • Entamer d’éventuelles démarches

Besoin de ressources? Contacte le service égalité des chances de ton école pour t’orienter.

Que Faire?

Le sexisme, c’est opérer un double standard :

qu’un homme* s’affirme est considéré comme positif ; qu’une femme* s’affirme est considéré comme négatif.

Le sexisme, c’est opérer un double standard :

qu’un homme* veuille faire carrière et avoir des enfants est perçu comme positif ; qu’une femme* veuille faire carrière et avoir des enfants est perçu comme négatif.

Le sexisme, c’est imposer des propos non désirés à caractère sexuel.

Le sexisme, c’est penser à la place d’autrui alors que c’est le ressenti de la cible qui importe et non l’intention de la personne qui est à l’origine de l’action.

Le sexisme, c’est utiliser un langage dénigrant.

Caqueter : glousser au moment de pondre.

Le sexisme, c’est comparer les femmes* à des objets ou à des animaux.

Le sexisme, c’est outrepasser le consentement d’autrui.

Le sexisme, c’est exercer de l’abus de pouvoir.

?

Le sexisme, c’est opérer un double standard :

qu’un homme* s’affirme est considéré comme positif ; qu’une femme* s’affirme est considéré comme négatif.

L’astérisque a pour but d’inclure toutes les personnes qui se reconnaissent dans le terme qui le précède.

La campagne